Infos & Réservation 06 32 20 47 83

romain.quiles@hotmail.com

Stage autour de Foix toute l'année en fonction des techniques

  • Wix Facebook page
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Crédit photos & vidéos © Romain Quiles / Ariège Pêche Nature

daiwa.jpg
special peche copy copy.JPG

 ©AriègePêcheNature2014-2018        N° siret:  80044224600024            N° Diplôme BPJEPS:   BP063130345           N° RC Pro:  56567213           N° Educateur sportif:  00914ED0008

>> Accueil >> Mes Articles >> La règlementation pêche selon moi

Tout le monde a quelques choses à redire concernant certaines lois de la pêche en France...

 

J'ai ici décidé de noter ce que je changerai si j'avais une baguette magique:
Pas de miracle, mais voici quelques changements non exhaustifs... Et qui sait, ça pourra peut être donner des idées à certains !


Associations et Fédérations:
- Les AAPPMA disparaîtraient. Les bénévoles souhaitant s'investir dans la pêche serait directement en lien avec un responsable de chaque Fédérations Départementales. La pêche serait géré uniquement par les FD.
 

La communication:

- Un seul site internet répertoriant toutes les lois par secteurs serait créé pour une visibilité claire du grand public. Ce site fonctionnerait sous forme de carte interactive. Il suffirai de cliquer sur un secteur pour en avoir le règlement.
 

La carte de pêche:
- Le terme "carte de pêche" deviendrait un droit de pêche sans adhésion à une association.

- Un permis de pêche serait alors mis en place avec des formations pour l'obtenir (comme à la chasse). Il serait valable 5ans. Tarif à fixer en fonction du coût de l'intervention d'un formateur.

- Une remise à niveau de ce permis serait obligatoire tous les 5 ans.

- La carte de pêche serait gratuite pour les -12ans et les handicapés.
- Toutes personnes de plus de 12ans auraient le droit à 3 journées gratuites pour découvrir la pêche.

- Tarifs pour les 12-18ans => 4€/jour - 40€/an.

- Tarifs adultes => 15€/jour - 150€/an (au lieu des 100€ actuel. les 50€ de différence servirai exclusivement à de la garderie professionnel afin d'avoir un vrai contrôle).

- -25% pour toutes personnes ayant une déclaration d'impôts inférieure au niveau moyen des Français, déclaré par l'état.

 

La garderie:

- Les gardes ne seraient plus principalement bénévoles. Ils seraient salariés, payés par l'augmentation de la carte de pêche.

Les zones de pêche:
- Suppression des 1ère et 2nd catégorie.

- Création de parcours suivant l'espèce la plus représentée (exemple: Parcours Truites, Parcours Chevesnes, Parcours Sandres et ablettes, Parcours brochets et gardons, etc...

Les parcours réserves:

- Toutes les petites rivières et ruisseaux de moyenne montagne en aval des grands barrages seraient en réserves. Ils seraient considérés comme "pépinières". Une fois les truites devenues trop grosses pour leur milieu de montagne, elles dévalent et alimentent naturellement le cheptel en aval.
- Une réserve de 2km serait aménagée tous les 20kms de rivières.

Les parcours No-kills:
- Un parcours No-kill d'1,5km minimum serait aménagée en amont de chaque réserve.

Les parcours Intensifs:
- Un parcours intensif d'1,5km maximum serait aménagé en aval de chaque réserve (déversement de poissons de soutient, dédiés à la prise facile)


Les parcours libres:

Le reste, c'est à dire 15kms environs tous les 20kms serait appelés "Parcours libres".

Les périodes de fermeture:
- Toutes les espèces en sous effectifs auraient une période de fermeture adaptés à leur secteur.
- Les dates de ces fermetures seraient adaptées à chaque espèces de chaque secteurs.

Introduction de poissons:
- l'introduction de poissons morts ou vivants serait interdit par un particulier. Seules les Fédérations Départementales seraient autorisées à prendre la décision d'un déversement de poissons.
- Seuls des poissons issus de la souche d'un secteur pourrait être déversé dans ce même secteur.
- Interdiction d'introduction de poissons incapable de se reproduire dans le milieu (par exemple: plus de lâcher de Truites arc-en-ciel, et de Fario stériles...).

- Chaque fédération aurait des piscicultures biologiques pour effectuer du repeuplement de soutient seulement là où il y en aurait besoin et sur les parcours intensifs.

 

Nouvelles espèces:

- Le Silure serait considéré comme nuisible dans tout fleuve ayant des barrages où vivent des espèces migratrices (tel que le Saumon, l'Alose, l'Anguille, la Truite de mer ou encore la Lamproie...)

Les mailles:
- Chaque secteur aurait une maille défini de manière adaptée en fonction de son milieu (possibilité d'avoir plusieurs mailles différentes sur une même rivière dans un même département)
- pour certaines espèces, des mailles type "double fenêtres" seraient mises en place (exemple d'autorisation: Perches inférieures à 20cm et supérieures à 50cm).


Les quotas:
Dans un maximum de 3 poissons tout confondu / jour / pêcheur...
- Truites 3/jour/pêcheur

- Brochets 1/jour/pêcheur

- Sandres 2/jour/pêcheur

- Black-bass 1/jour/pêcheur

- Perches 3/jour/pêcheur

L'utilisation de techniques:
- Hameçons simples sans ardillon dans toutes les eaux publiques de France.

- Autorisation d'attractants à base de sang au détriment de produits chimiques.
- Pêche au vifs et poissons morts interdites.
- Utilisation de larves de diptères vivants autorisés.

L'amorçage:

- Interdiction d'amorçage, quelque soit la technique, la zone ou le poisson recherché.

 

Les matériaux
- Interdiction des lests en plomb ou autre matière toxique.
- Interdiction des leurres en plastique ou autre matière non bio-dégradable.

- Semelles de chaussures de wading en feutre interdit.
- Epuisettes, bourriches, nasses et autres en plastique uniquement.


Les pollutions:
- Je me battrai pour le traitement chimique des eaux usées, l'interdiction des déversements directs des boues, l'interdiction des constructions en zone inondable, le maintient des zones humides en lit majeur.

L'hydroélectricité:
- Je ne tolérerai aucun petit ouvrage hydroélectrique supplémentaire.
- Les petits ouvrages hydroélectrique ne servant plus serait rasés et ceux se détériorant n'aurait pas le droit d'être réparés.
- Au contraire, des grands ouvrages hydroélectrique s'installeraient mais uniquement en zone de montagne (suppérieur à 1500m d'altitude).
- Les grands ouvrages hydroélectrique en montagne auraient l'obligation d'avoir un échappement d'eau par le bas afin de régénérer à la rivière un eau la plus fraîche possible.

- Tous les grands ouvrages seraient aménagés non pas d'un ascenseur ni d'une passe à poisson mais d'une rivière de dérivation.

- Le débit réservé appelé aussi "Débit minimum biologique" sert à garantir en permanence la survie, la circulation et la reproduction des espèces aquatiques ou dépendantes de l'eau. Cependant aujourd'hui il est de 1/10ème pour tout nouvel ouvrage. Je l'augmenterai à 4/5ème.


Romain Quiles.